NEO-CHAMANISME

NEO-CHAMANISME et CHAMANISME UNIVERSEL

 

Merveilles et pièges de la tradition :

Quel chance, quel cadeau, que de grandes civilisations aient su garder vivantes leurs traditions et continuent à les perpétuer aujourd’hui. Quel cadeau, quelle chance de n’avoir pas à réinventer l’eau chaude à chaque fois, quand le savoir nous est offert par les peuples gardiens de la sagesse. Merci donc encore à ceux qui ont transmis et transmettent, ceux que l’on appelel parfois maintenant les peuples premiers (au rang duquel on ne doit pas oublier les racines Celtes parmi d’autres).

Et en même temps que je rend cet hommage sincère, je contemple déjà la belle fleur qui déjà se fane. Le ver est dans le fruit. En son cœur se cache sa putréfaction programmée et son plus grand risque : la sclérose et la mortification.

Il est tellement difficile de maintenir vivante une tradition, sans tomber dans les jeux de pouvoir, le dogme, ou le folklore. De la répétition à la perte du sens, il n’y a qu’un pas. C’est comme de marcher sur un fil, si haut dans le ciel, et en même temps, juste au dessus de l’abîme.
Certains y arrivent, rares : Hommage a eux !
Quand à nous : le discernement est de mise, et si l’habit ne fait pas le moine, les plumes ne font pas non plus le chaman !

image d'illustration : immortel - Enki Bilal
image d’illustration : immortel – Enki Bilal

Chamanisme et sciences humaines :

Alors arrivent les sciences occidentales (Ethnologie, Anthropologie, Psychologie, Sociologie, Théologie, Histoire, Écologie, etc …) qui essayent de comprendre, d’analyser et de nous expliquer en long en large et avec beaucoup de travers aussi parfois : le chamanisme. Noble intention s’il en est, et les apports à la compréhension, donc à la reconnaissance, du chamanisme sont immenses (Lévis Strauss, Mircea Eliade, … et tellement d’autres). Cependant il s’agira toujours d’essayer d’enfermer dans une petite boite quelque chose de plus grand que la boite, et même de plus grand que l’idée même de la boite, et même de plus grand que toute les idées si tellement humaines évidement.

Heureusement nous n’en sommes plus à la prétendue et sacro-sainte distanciation nécessaire à l’objectivité de l’observateur. Cette auto-glorification du mental rationnel et rationaliste a montré ses limites. Il est aussi ridicule de vouloir comprendre le voyage chamanique et les états de transes extatique, par exemple, en restant extérieur, que de faire l’analyse des rêves en notant simplement que le rêveur est couché sur le dos, sur un matelas de 1m95 sur 92 cm et qu’il se retourne 3 fois sur son flanc dans la nuit ! (la belle objectivité que voilà, mais qui nous parle tellement peu du monde des rêves !).

Je n’ai rien contre les sciences humaines, bien au contraire, à condition qu’elles acceptent de regarder en face les limites de leurs champs d’application. Les mathématiques savent reconnaître qu’elle ne sont pas d’une d’une grande utilité en amour ou en poésie, cela ne discrédite en rien les mathématiques dans leur champs de compétences. Il en est de même pour les sciences humaines qui bien que voisines et transversales avec le chamanisme ne peuvent englober toutes les dimensions du chamanisme. Et évidement il en est de même pour le chamanisme qui doit se limiter à son vaste champ d’application !

Alors certains ethnologues ne jurent que par le chamanisme confiné à plus de 5.000 km et remontant a plus de 500 ans. Effectivement il est plus facile de rationaliser et simplifier autour des papillons morts et épingler dans une collection que devant l’exubérance fleurissante de la vie de la grande forêt.

Le chamanisme est vivant, donc changeant, donc il s’adapte, et il n’est pas de meilleurs chamanisme (loin ou dans le passé) que celui qui est efficace, pour ce qu’on lui demande, ici et maintenant.

mage d’illustration : Ghost_in_the_Shell
mage d’illustration : Ghost_in_the_Shell

Merveilles et pièges du Néo-Chamanisme et du Chamanisme Universel

Quelque soit l’apport des traditions, le chamanisme véritable est nécessairement toujours du néo-chamanisme !

Comment pourrait-il en être autrement puisque le chaman doit toujours s’adapter à des demandes et des conditions nouvelles et exceptionnelles. Alors il invente et se laisse guider. Pas à partir de rien, mais à partir de sa tradition, de son apprentissage, même si ces derniers n’ont manifestement pas suffit puisque on fait appel à lui.
Et s’il se met juste à répéter : c’est de la culture ou du folkore, ce n’est déjà plus du chamanisme !

Le chaman est assez fou, pour oser le nouveau et l’impossible, et c’est pour cela qu’on fait appel à lui.

Aujourd’hui que les voyages et les échanges à l’échelle du village global de la terre sont possible nous remarquons immédiatement que les formes de chamanisme sont partout différentes : L’emballage est différent, très différents ! Les couleurs, les coutumes, les chants, les danses, les symboles, les pratiques… ont si peu a voir et peuvent même paraître tellement contradictoires. Mais évidement celui qui voit au delà des simples apparences, voit et sait qu’il n’en est rien. Toujours et partout le chamanisme s’adapte aux besoins, aux demandes, aux cultures et aux conditions. La forme diffère, le fond est unique ; universel

Le chamanisme véritable est nécessairement universel, car les lois de la nature sont partout les mêmes. La gravitation terrestre existait  il y a 5000 ans dans les grandes forêts comme aujourd’hui en ville. Elle existe partout sur terre, et si l’on a bien compris la gravitation, on sait que si l’on s’éloigne assez de la terre, alors on peut s’en libérer, ce qui ne veut pas dire qu’elle n’existe pas !

Mais le néo-chamanisme est plein de pièges aussi :

– comment se libérer de la tradition si elle devient un joug,  sans devenir l’adolescent rebelle, ivre de sa fausse liberté, qui n’est esclave que de son envie de contraire ? En intégrant, et en dépassant ! L’idéal étant d’avoir un de ses rares maîtres qui sait laisser ses élèves le dépasser… sinon comment faire ?

– à force de syncrétismes et de demi tours à la première difficulté, le néo-chamanisme peut aussi devenir cette bouillie infâme sans forme, sans goût et sans odeur que l’on n’ose plus servir a nos enfants.
Le risque du néo-chamanisme est de perdre son âme pour devenir un melting pot new age à la sauce Disney.

Le chamanisme véritable dérange, car on ne peut l’enfermer et il n’est pas « gentil ».

D’autant plus que le chamanisme n’est pas moral (pas plus qu’il n’est immoral. Il est amoral, et pragmatique, nous y reviendront).
D’autant plus que les lois de la nature et les événements de la vie ne sont pas ce qu’on voudrait.
D’autant plus que la vie se nourrit de la mort, n’en déplaise à ceux qui croient que les tigres mangent des glaces au chocolat. Que je me nourrisse du corps d’un animal ou d’un végétal, je rend grâce à la vie qui s’offre.

mage d’illustration : Ghost_in_the_Shell 2
mage d’illustration : Ghost_in_the_Shell 2

pragmatisme

Alors oui, il est plus facile de se connecter, au début, avec les forces de la nature, dans une belle forêt, que dans la jungle urbaine. Mais n’oublions pas que c’est possible partout. Et au moment où la moitié de la population mondiale vit dans les villes, alors une fois encore, le chamanisme mute et s’adapte pour aider les gens là où ils sont, avec les questions et les besoins qui sont les leurs.

Le chaman est toujours dans l’entre deux, et l’espace liminal est son jardin. Entre la vie et la mort, entre le visible et l’invisible, entre la terre et le ciel, entre l’incarné et le divin, entre la folie et la science, entre l’art et la médecine, entre les humains et la surnature (les non-humains, les esprits, etc … ) Il doit connaître les 2 mondes, les côtoyer, les parcourir, se lier et interagir avec les deux.
Ainsi, un chaman Toungous du siècle dernier pourra réellement vous aider à trouver du gibier. Est ce cela votre demande, dans votre monde aujourd’hui ?
S’entraîner dans un stage, dans la nature, à l’autre bout du monde peut être intéressant, à condition qu’un lien réel existe avec votre vraie vie, et que les conséquences de ce que vous vivez en chamanisme transforment positivement votre vie au retour.

Alors en chamanisme véritable ; « tout ce qui fonctionne est autorisé »
– Oui, les chamans sont aussi des tricheurs célestes, comme les décrivaient les premiers ethnologues, après que les évangélisateurs les aient traités de déments ou de suppôts du diable.

Et en chamanisme véritable ; « n’est autorisé que ce qui fonctionne »
– Oui les chamanes ne laissent aucune place au folklore vide de sens.Les Inuits, au vue de leurs condition de vie,  n’ont pas le luxe de pouvoir s’embarrasser d’une pseudo religion qui n’aurais pas de résultats.

mage d’illustration : Enki Bilal
mage d’illustration : Enki Bilal

Les apports au Néo-Chamanisme

Le premier Chaman que j’ai rencontré avait un vieux K-way trouvé, le deuxième une casquette d’une marque américaine, et la troisième s’intéressait de très près au Yi-King (livre de sagesse chinoise).

Leurs point commun ?  D’être des chercheurs pragmatiques !

Nous sommes à une époque fabuleuse de foisonnement des pistes de recherche et d’exploration entre l’humain et le monde qui l’entoure.

Le chamanisme du XXIème siecle évidement doit tenir compte et intégrer les recherches actuelles en science humaines : depuis Freud, Jung, Erickson, l’école de Palo Alto, les constellations de Bert Hellinger, la bio-énergie de Alexander Lowen, les recherches sur les Etats Modifiés de Conscience de Stanislas Grof, à la psycho-magie de Alexandro Jodorowsky … parmi d’autres

Au delà des sciences humaines, pour les sciences dites « dures », il faut se rendre à l’évidence, qu’être rationnel aujourd’hui, c’est aller plus loin que la vision newtonienne. C’est accepter les implications du fait de savoir que la matière est de l’énergie dans un état particulier (e=mc²). C’est appréhender les conséquences du bouleversement qu’implique le nouveau paradigme de la Physique Quantique et aborder les espaces intérieur infinis ouverts par la géométrie fractale et la Théorie du chaos.

Le néo chamanisme se nourrit aussi de cela et plus encore.

Et dans une intention attentive de partage et d ‘échange réciproque qui est aussi l’essence même du chamanisme, à son tour,  il vient nourrir l’humanité et ses recherches, ses arts, ses découvertes…

et comme le dit le grand chaman Buzz l’Éclair (personnage du dessin animé Toy Story) : « Vers l’infini et au delà ! »

les-Forges-de-Sylva association au service du Chamanisme avec Eric Sunfox Marchal